•  

    Andalouse de kendji Girac

    Proposé par Kikoonette1bis

     

    Andalouse de kendji Girac

     

    Andalouse de kendji Girac

     

     

     

    Andalouse de kendji Girac

     Tu viens le soir, danser sur des airs de guitares,

    et puis tu bouges, tes cheveux noirs tes lèvres rouges

    Tu te balances, le reste n'a pas d'importance

    Comme un soleil tu me brûles et me réveille

    Tu as dans les yeux, le sud et le feu

    Je t'ai dans la peau

     

     Baïla Baïla Oh!

     

     Toi toi ma belle andalouse, aussi belle que jalouse

    Quand tu danses le temps s'arrête, je perd le nord je perd la tête

    Toi ma belle espagnole, quand tu bouges tes épaules

    Je vois plus le monde autour, c'est peut-être ça l'amour.

     

     Des airs d'orient, le sourire et le cœur brûlant

    Regard ébène, j'aime te voir bouger comme une reine

    Ton corps ondule, déjà mes pensées se bousculent

    comme la lumière, il n'y a que toi qui m'éclaire

    Tu as dans la voix le jour et le froid

    Je t'ai dans la peau

     

     Baïla Baïla Oh!

     

     Oh yé yé yé Oh oh, oh oh (ma belle andalouse...)

     

    Do', trè', taïla...

     

     Toi toi ma belle andalouse, aussi belle que jalouse

    Quand tu danses le temps s'arrête, je perd le nord je perd la tête

    Toi ma belle espagnole, quand tu bouges tes épaules

    Je vois plus le monde autour, c'est peut-être ça l'amour.

     

     Toi toi ma belle andalouse, aussi belle que jalouse

    Quand tu danses le temps s'arrête, je perd le nord Je perd la tête

    Toi ma belle espagnole, quand tu bouges tes épaules

    Je vois plus le monde autour, c'est peut-être ça l'amour...

     

    Andalouse de kendji Girac 

     

    Merci Kikoonette1bis

    pour cette récompense !

     

    Andalouse de Kendji Girac

     

    Andalouse de kendji Girac 

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  •  

    Les copains d'abord (Georges Brassens)

    Proposé par Manik

     

    Les copains d'abord (Georges Brassens)

     

     

    Les copains d'abord (Georges Brassens)

     

    Non, ce n'était pas le radeau 

    De la Méduse, ce bateau, 

    Qu'on se le dis' au fond des ports, 

    Dis' au fond des ports, 

    Il naviguait en pèr' peinard 

    Sur la grand-mare des canards, 

    Et s'app'lait les Copains d'abord 

    Les Copains d'abord. 

     

    Ses fluctuat nec mergitur 

    C'était pas d'la littératur', 

    N'en déplaise aux jeteurs de sort, 

    Aux jeteurs de sort, 

    Son capitaine et ses mat'lots 

    N'étaient pas des enfants d'salauds, 

    Mais des amis franco de port, 

    Des copains d'abord. 

     

    C'étaient pas des amis de lux', 

    Des petits Castor et Pollux, 

    Des gens de Sodome et Gomorrh', 

    Sodome et Gomorrh', 

    C'étaient pas des amis choisis 

    Par Montaigne et La Boeti', 

    Sur le ventre ils se tapaient fort, 

    Les copains d'abord. 

     

    C'étaient pas des anges non plus, 

    L'Evangile, ils l'avaient pas lu, 

    Mais ils s'aimaient tout's voil's dehors, 

    Tout's voil's dehors, 

     

     

    Jean, Pierre, Paul et compagnie, 

    C'était leur seule litanie 

    Leur Crédo, leur Confitéor, 

    Aux copains d'abord. 

     

    Au moindre coup de Trafalgar, 

    C'est l'amitié qui prenait l'quart, 

    C'est elle qui leur montrait le nord, 

    Leur montrait le nord. 

    Et quand ils étaient en détresse, 

    Qu'leur bras lancaient des S.O.S., 

    On aurait dit les sémaphores, 

    Les copains d'abord. 

     

    Au rendez-vous des bons copains, 

    Y'avait pas souvent de lapins, 

    Quand l'un d'entre eux manquait a bord, 

    C'est qu'il était mort. 

    Oui, mais jamais, au grand jamais, 

    Son trou dans l'eau n'se refermait, 

    Cent ans après, coquin de sort ! 

    Il manquait encor. 

     

    Des bateaux j'en ai pris beaucoup, 

    Mais le seul qui'ait tenu le coup, 

    Qui n'ait jamais viré de bord, 

    Mais viré de port, 

    Naviguait en père peinard 

    Sur la grand-mare des canards, 

    Et s'app'lait les Copains d'abord 

    Les Copains d'abord.

     

    Les copains d'abord (Georges Brassens)

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  •  

    Proposé par LilOu Li sur un poème

    Bonne fête Maman

    Première strophe imposée dans la création

    ********

    Une maman pour la douceur

    Même les jours où son coeur pleure,

    Ses bras consolent et réconfortent.

    Une maman est toujours forte. 

    ********

    Une maman pour la saveur 

    Dans ses recettes, y'a du bonheur,

    Et des inventions généreuses.

    Maman est vraiment merveilleuse.

    *****

    Une maman pour la chaleur

    Avec peu d'objets, sans valeur,

    Elle fait d'un rien une maison

     

    Et la remplit de ses chansons.

     

    Bonne fête maman

    Bonne fête maman

     

    Bonne fête maman

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  •  

     

       Le chanteur - Daniel Balavoine 

     Proposé par Christine54 

     

     Le chanteur de Daniel Balavoine

     

    Le chanteur de Daniel Balavoine proposé par Christine54 

     

    Le chanteur de Daniel Balavoine proposé par Christine54

     

    Je m'présente, je m'appelle Henri

    J'voudrais bien réussir ma vie, être aimé 

    Etre beau gagner de l'argent 

    Puis surtout être intelligent 

    Mais pour tout ça il faudrait que j'bosse à plein temps 

     

    J'suis chanteur, je chante pour mes copains 

    J'veux faire des tubes et que ça tourne bien, tourne bien 

    J'veux écrire une chanson dans le vent 

    Un air gai, chic et entraînant 

    Pour faire danser dans les soirées de Monsieur Durand 

     

    Et partout dans la rue 

    J'veux qu'on parle de moi 

    Que les filles soient nues 

    Qu'elles se jettent sur moi 

    Qu'elles m'admirent, qu'elles me tuent 

    Qu'elles s'arrachent ma vertu

    Pour les anciennes de l'école 

    Devenir une idole

    J'veux que toutes les nuits 

    Essoufflées dans leurs lits 

    Elles trompent leurs maris 

    Dans leurs rêves maudits 

     

    Puis après je f'rai des galas 

    Mon public se prosternera devant moi 

    Des concerts de cent mille personnes 

    Où même le tout Paris s'étonne 

    Et se lève pour prolonger le combat 

     

    Et partout dans la rue 

    J'veux qu'on parle de moi 

    Que les filles soient nues 

    Qu'elles se jettent sur moi 

    Qu'elles m'admirent, qu'elles me tuent 

    Qu'elles s'arrachent ma vertu 

     

    Puis quand j'en aurai assez 

    De rester leur idole 

    Je remont'rai sur scène 

    Comme dans les années folles 

    Je f'rai pleurer mes yeux 

    Je ferai mes adieux 

     

    Et puis l'année d'après 

    Je recommencerai 

    Et puis l'année d'après 

    Je recommencerai 

    Je me prostituerai 

    Pour la postérité 

     

    Les nouvelles de l'école 

    Diront que j'suis pédé 

    Que mes yeux puent l'alcool 

    Que j'frais bien d'arrêter 

    Brûleront mon auréole 

    Saliront mon passé 

     

    Alors je serai vieux 

    Et je pourrai crever 

    Je me cherch'rai un Dieu 

    Pour tout me pardonner 

    J'veux mourir malheureux 

    Pour ne rien regretter 

    J'veux mourir malheureux 

     

    Le chanteur de Daniel Balavoine proposé par Christine54 

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  •  

    Mon défi  La Fée de Zaz 

    Pour participer à ce défi ou voir les autres créations

    cliquez sur la bannière 

    La Fée de Zaz

     

    Mon défi sur le blog "défi musical"

    sorti le samedi 13 Mai

    Félicitations et Merci

    pour toutes les belles créations déjà postées, et celles à venir

    que du bonheur! à suivre ...

    J'ai donné aussi le défi qui été déjà prévu,

    sur mon groupe "La_Belle_Folie_Psp".

    https://groups.google.com/forum/?hl=fr#!forum/la-belle-folie-psp

    Je rajouterai vos créas sur le site du groupe.

     

    La Fée de Zaz

    La Fée

    Ma création pour ce défi

    La Fée de Zaz

     

     

    La Fée de Zaz

     

     

      La Fée de Zaz  

     

    PAROLES

     

    Moi aussi, j´ai une fée chez moi

    Sur les gouttières ruisselantes

    Je l´ai trouvée sur un toit

    Dans sa traîne brûlante

    C´était un matin, ça sentait le café

    Tout était recouvert de givre

    Elle s´était cachée sous un livre

    Et la lune finissait ivre

    Moi aussi, j´ai une fée chez moi

    Et sa traîne est brûlée

    Elle doit bien savoir qu´elle ne peut pas

    Ne pourra jamais plus voler

    D´autres ont essayé avant elle

    Avant toi, une autre était là

    Je l´ai trouvée repliée sous ses ailes

    Et j´ai cru qu´elle avait froid

    Moi aussi, j´ai une fée chez moi

    Depuis mes étagères elle regarde en l´air

    La télévision en pensant

    Que dehors c´est la guerre

    Elle lit des périodiques divers

    Et reste à la maison

    À la fenêtre, comptant les heures {x2}

    Moi aussi, j´ai une fée chez moi

    Et lorsqu´elle prend son déjeuner

    Elle fait un bruit avec ses ailes grillées

    Et je sais bien qu´elle est déréglée

    Mais je préfère l´embrasser

    Ou la tenir entre mes doigts

    Moi aussi, j´ai une fée chez moi

    Qui voudrait voler mais ne le peut pas...

                                     ZAZ  

     

    La Fée de Zaz

     Diplôme de participation pour Le cercle des Défis

     

    La Fée de Zaz

     

    La Fée de Zaz

    Participation à ce défi sur La_Belle_Folie_Psp

     

    Création d'Aurore

     

    Création de  Mimi

    La fée Zaz sur la belle folie psp

     

    Création d'Isabelle

    La fée Zaz sur la belle folie psp 

     

    La Fée de Zaz

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  •  

    Défi poème proposé par Mimi07 

    Les genets

    de François Fabie

     

    Défi proposé par Mimi07 - Les genets

     

    Les genets

     

    Les genêts, doucement balancés par la brise, 

    Sur les vastes plateaux font une boule d’or ; 

    Et tandis que le pâtre à leur ombre s’endort, 

    Son troupeau va broutant cette fleur qui le grise ; 

      

    Cette fleur qui le fait rêver d’amour, le soir, 

    Quand il roule du haut des monts vers les étables, 

    Et qu’il croise en chemin les grands bœufs vénérables 

    Dont les doux beuglements appellent l’abreuvoir ; 

      

    Cette fleur toute d’or, de lumière et de soie, 

    En papillons posée au bout des brins menus, 

    Et dont les lourds parfums semblent être venus 

    De la plage lointaine où le soleil se noie... 

      

    Certes, j’aime les prés où chantent les grillons, 

    Et la vigne pendue aux flancs de la colline, 

    Et les champs de bleuets sur qui le blé s’incline, 

    Comme sur des yeux bleus tombent des cheveux blonds. 

      

    Mais je préfère aux prés fleuris, aux grasses plaines, 

    Aux coteaux où la vigne étend ses pampres verts, 

    Les sauvages sommets de genêts recouverts, 

    Qui font au vent d’été de si fauves haleines.

     

    Défi proposé par Mimi07 - Les genets

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Poème proposé par Ghislaine53 

    "Souvenirs" de Guy de Maupassant.

     

    Tube imposé 

    Proposé par Ghislaine53

     

    Proposé par Ghislaine53

     

    Souvenirs

     

    Voyez partir l’hirondelle,

    Elle fuit à tire d’aile,

    Mais revient toujours fidèle,

    A son nid,

    Sitôt que des hivers le grand froid est fini.

    L’homme, au gré de son envie,

    Errant promène sa vie

    Par le souvenir suivie

    De ces lieux

    Où sourit son enfance, où dorment ses aïeux.

    Et puis, quand il sent que l’âge

    A glacé son grand courage,

    Il les regrette et, plus sage,

    Vient chercher

    Un tranquille bonheur près de son vieux clocher.

     

    (Rouen, 1869)

     

    Proposé par Ghislaine53

     

    Proposé par Ghislaine53

     

    Proposé par Ghislaine53

     

     

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  •  

    Incendie à Rio - Sacha Distel

     

     

    Proposé par Monia 59

    En pleine nuit une sirène 

    Appelle au feu tous les pompiers 

    Et tout Rio qui se réveille 

    Voit brûler l´usin´ de café 

    Il n´y a pas de temps à perdre 

    Sinon tout l´quartier va brûler 

    Oui mais voilà 

    Pendant c´temps là à la caserne 

    On entends les pompiers crier : 

     

    Qu´est-c´qu´on a fait des tuyaux? 

    Des lances et d´la grande échelle 

    Qu´est-c´qu´on a fait des tuyaux? 

    Pas d´panique il nous les faut 

     

    Mais l´incendie là-bas fait rage 

    Et le ciel est noir de fumée 

    Et tous les gens dans les étages 

    Se dis´nt : "Mais que font les pompiers?" 

    Il n´y a pas de temps à perdre 

     

     

    Sinon tout l´quartier va brûler 

    Oui mais voilà 

    Pendant c´temps là à la caserne 

    On entends les pompiers crier : 

     

    Qu´est-c´qu´on a fait des tuyaux? 

    Des lances et d´la grande échelle 

    Qu´est-c´qu´on a fait des tuyaux? 

    Pas d´panique il nous les faut 

     

    Au p´tit matin on le devine 

    Tout le quartier avait brûlé 

    Il ne restait que des ruines 

    Sur des centain´s de mètr´s carrés! 

    Quand tout à coup dans le jour blême 

    On vit accourir un pompier 

    Qui s´écria : "Je viens d´la part du capitaine 

    Vous dir´ de n´pas vous énerver" 

     

    On a r´trouvé les tuyaux 

    Les lances et la grande échelle 

    Mais on est en panne d´auto 

    Et on cherch´ la manivelle 

     

    La la la la la la la 

    La la la la la la la la 

    la la la la la la la 

    La la la la la la la

    Proposé par Monia 59

    Proposé par Monia 59

     

    Proposé par Monia 59

     

    Proposé par Monia 59

     Proposé par Monia 59

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  •  

    Défi poème proposé par  Caliradja  

    Joli mois de Mai

    tube imposé 

    Proposé par  Caliradja

     

    Proposé par  Caliradja

     

    J’admire ton joli muguet

    Avec ses clochettes si blanches

    Qui sur leurs fragiles branches

    Nous offre un parfum  enivrant

    Que l’on s’offre chaque année

     En famille ou entre amis

    Comme porte bonheur.

     

    Proposé par  Caliradja

     

    Proposé par  Caliradja

     

    Proposé par  Caliradja

     

    Merci pour ce beau diplôme Caliradja !

     

    Proposé par  Caliradja

     

    Proposé par  Caliradja

     

     

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  •  

    Bientôt Pâques

     

    Poème

    "Jolies cloches de Pâques, apportez à cette petite fille/ce petit garçon que

    j'aime très fort un grand panier de friandises chocolatées.

    Que la récolte soit bonne, petit trésor,

     

    mais ne mange pas tout d'un coup, pour ne pas être malade !

     

    Proposé par Mimi07

     

    Proposé par Mimi07

     

    Proposé par Mimi07

     

    Proposé par Mimi07

     

     

    Proposé par Mimi07

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique